Laboratoire Psychologie de la Perception Institut Neurosciences Cognition Université Paris Descartes Centre National de Recherche Scientifique
Home
Research
vision Vision
action Action
speech Speech
avoc AVoC
support support staff
People
Former Staff
Teaching
Publications
Ethics
Events
Practical

Calendar
Opportunities
Internships
Contracts
Platforms
Links

Baby Lab

Intranet
La perception de la parole de 0 à 24 mois - Speech perception in the first two years

Résumé Le développement du traitement de la parole se fonde sur les capacités perceptives de base (discrimination, segmentation et représentation des sons). Les nourrissons sont capables de discriminer la plupart des contrastes phonétiques existants, et avant la fin de la première année, cette capacité commence à se spécialiser pour la langue de l’environnement. Cette spécialisation se poursuit au cours de la seconde année marquée par le développement de la compréhension, d’une organisation lexicale et de la production des mots. L’ensemble de ce processus apparaît de plus en plus précocement comme le produit de multiples interactions avec d’autres fonctions perceptives, cognitives et sociales. Ainsi, l’acquisition des mots, mais aussi la sensibilité aux propriétés statistiques de l’input sonore ou encore la nature des interactions sociales vont jouer un rôle dans l’acquisition des patterns phonologiques. L’expérience de la langue est nécessaire pour que les segments phonétiques deviennent des unités perceptives fonctionnelles et pour que les représentations des sons (mots, syllabes) deviennent plus détaillées et organisées en termes phonétiques. Cette évolution se poursuit bien au-delà des 24 premiers mois dans un contexte d’apprentissage marqué depuis le début par une interactivité (plus importante qu’on ne l’avait supposée) avec les autres fonctions en développement. Abstract The development of speech perception relies upon early auditory capacities (i.e. discrimination, segmentation and representation). Infants are able to discriminate most of the phonetic contrasts occurring in natural languages, and at the end of the first year, this universal ability starts to narrow down to the contrasts used in the environmental language. During the second year, this specialization is characterized by the development of comprehension, lexical organization and word production. That process appears now as the result of multiple interactions between perceptual, cognitive and social developing abilities. Distinct factors like word acquisition, sensitivity to the statistical properties of the input, or even the nature of the social interactions, might play a role at one time or another during the acquisition of phonological patterns. Experience with the native language is necessary for phonetic segments to be functional units of perception and for speech sound representations (words, syllables) to be more specified and phonetically organized. This evolution goes on beyond 24 months of age in a learning context characterized from the early stages by the interaction with other developing (linguistic and non-linguistic) capacities.