Laboratoire Psychologie de la Perception Institut Neurosciences Cognition Université Paris Descartes Centre National de Recherche Scientifique
Home
Research
vision Vision
action Action
speech Speech
avoc AVoC
support support staff
People
Former Staff
Teaching
Publications
Ethics
Events
Practical

Calendar
Opportunities
Internships
Contracts
Platforms
Links

Baby Lab

Intranet
Pourquoi faut-il évaluer et entrainer certaines capacités reliées à la lecture des enfants scolarisés en grande section de maternelle ?

En février-mars 2012, la DGESCO (Ministère de l'Education) a proposé à une commission composée d’experts de différents champs disciplinaires et aux organisations syndicales un document de travail dans lequel sont présentés trois outils destinés aux enfants scolarisés en grande section de maternelle, outils respectivement appelés « Manipulation de phonèmes : outil d’observation des besoins », « Outil de renforcement pédagogique 1 » et « Outil de renforcement pédagogique 2 ». En mars 2012, le SNUipp a fait part de ses critiques et de ses inquiétudes concernant ces outils dans un texte envoyé à la DGESCO et transmis à la commission. Début avril, un syndicat (le SNUIpp) nous a sollicités pour avoir un avis sur ces outils. Ce texte a donc double objectif : répondre à certaines critiques et questions formulées par le SNUipp tout en donnant notre avis sur ces outils. Pour répondre à ce double objectif, nous allons rappeler brièvement quelques éléments qui font consensus chez les chercheurs sur la lecture et son apprentissage. Ensuite, nous allons présenter les principales recherches qui légitiment selon nous la nécessité d’évaluer et d’entrainer certaines capacités spécifiques reliées à la lecture en GSM (pour faciliter la lecture de ce texte, nous avons choisi de présenter seulement en annexe les principales caractéristiques de ces recherches). Nous discuterons des critiques du SNUipp sur le manque de cohérence des outils proposés. Enfin, en conclusion, nous verrons que la conception de la recherche sous-tendant ces études est dans la continuité de celle des fondateurs français des sciences de l’éducation et en phase avec le développement des sciences cognitives de l’éducation.